Styles

Parce qu’un tatouage n’est pas obligé d’être figuratif, le style abstrait permet de donner vie à n’importe quel motif. Arabesques, couleurs, ombrages, le tatoueur peut laisser libre cours à sa créativité pour créer un motif sans se limiter à la reproduction plus ou moins précise d’un thème.

Le tatouage asiatique est l’héritage des traditions japonaise et chinoise, où il était d’abord associé aux sociétés secrètes. Très structure et codifié, il regroupe à la fois les écritures : kanjis japonais ou signes chinois, mais aussi les symboles faisant référence à la mythologie asiatique : carpes japonaises ou koï, dragons, tigres, geishas, fleurs de lotus, estampes japonaises.

 

Le biomécanique est un des styles les plus facile à identifier : inspiré de l’univers de la science-fiction, il mélange au sein du même dessin des éléments biologiques (os, peau, vaisseaux sanguins) et des composants mécaniques (engrenages, tuyaux, vis). Très souvent, il est construit afin de donner l’impression que le motif révèle les composants intérieurs du corps, par une ouverture ou une déchirure de la peau, en trompe-l’œil, grâce à des effets d’ombrage et de relief.

Le style black ou black work est un style graphique très particulier, spécialiste de l’aplat noir. Techniquement difficiles à maîtriser, ces aplats permettent des motifs très visuels, pour des pièces souvent imposantes.

La calligraphie (ou lettring) est un grand classique du tatouage, qui permet de sublimer les mots que l’on choisit de s’encrer dans la peau. Devises, prénoms, promesse ou souvenir, l’art de la calligraphie transforme les petites ou grandes phrases en motifs plus ou moins ornementés.

Le tatouage chicanos ou mexicain est inspiré des gangs hispaniques, où les tattoos sont les symboles d’appartenance à un groupe, et proclament la loyauté à un clan. On y trouve souvent des références religieuses ou des symboliques violentes : Vierge Marie qui pleure, Santa Muerte (aussi appelée « sugar skull », en référence à la fête mexicaine des Morts), pistolets, couteaux ou armes en tout genre, toiles d’araignées, devises en lettrages très ornementés.

Le style fantaisie puise son inspiration dans l’univers fantasmagorique de la fantasy. Au programme : fées, dragons, créatures mythiques, références magiques et fantastiques. Ces tatouages invitent à la rêverie grâce au merveilleux, avec des motifs « enchanteurs ».

Plus qu’un style, le freehand est une technique bien à part dans le monde du tatouage. Ici, pas de stencil ou de dessin prédéfini, le tatoueur improvise directement sur la peau à partir d’un thème, à l’aide de feutres, ou carrément à la machine à tatouer. Cela donne en général vie à de grandes pièces, totalement uniques, et très bien intégrées au corps dont elles suivent les courbes et les particularités.

Le graphique est un style très large qui permet une grande liberté, il regroupe plusieurs choses : des motifs géométriques (losange, mandala, lignes…), de l’abstrait, des motifs infographiques/Photoshop… Le dotwork, technique graphique est l’art du pointillé, le tattoo est travaillé partiellement ou intégralement point par point donnant ainsi des nuances au tatouage.

Les designs s’inspirent de la culture manga et de l’univers des comics : fées manga, chats kawaii, personnages de One Piece…

Grâce à une technique parfaitement maîtrisée, le jeu de couleurs et de texture permet de réaliser des pièces dignes d’œuvres de musées : l’aquarelle est le style le plus représentatif.

Ce style reprend les codes graphiques et esthétiques des tribus maories lors des rituels. Les tattoos sont réalisés en noir et composés de lignes incurvées. Il est caractérisé par des motifs très schématiques ou abstraits représentant des animaux, la famille, des croyances… Chaque motif a une signification bien particulière, si vous vous apprêtez à vous lancer dans ce style, renseignez vous bien sur le sens de votre design.

Tattoo se rapprochant le plus possible de sa représentation à la manière d’une photo. Les détails sont très nombreux, les traits sont fins et ils sont généralement réalisés en noir avec des ombrages. On voit de plus en plus de tatouages en couleurs qui nécessitent d’utiliser de nombreuses nuances pour un résultat fidèle à l’original. Le portrait est l’exemple même de ce style. Les pièces réalistes sont de véritable prouesse technique et forcent l’admiration.

Le traditionnel US est porté par des symboles emblématiques : Cerise, Pin-Up, Ancre, Hirondelles etc… et le design se caractérise par des contours épais noir et l’utilisation de couleurs vives pour le remplissage. Certains l’aiment « Old school » donc très traditionnel et d’autres le préfèrent « New School » avec des couleurs plus flashy et des traits plus travaillés qui permettent une plus grande liberté dans la réalisation.

Tattoo ornemental composé de formes et de lignes épaisses noires pouvant s’apparenter aux tatouages rituels des tribus indigènes. Ce style était très à la mode il y a une dizaine d’années et se décliner sur toutes les parties du corps : du bracelets autour du biceps au motif en bas du dos, ce style vraiment identifiable par son trait appuyé.